Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
liendrapeaumarocain

avatar-blog-1307436360-tmpphpZLNPgY                    

      مسيرة النور     

    MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE

وزارة التربية الوطنية

DELEGATION CASA-ANFA

نيابة الدار البيضاء أنفا

SERVICE DE LUTTE CONTRE L'ANALPHABETISASION

مصلحة محاربة الأمية

ET L'EDUCATION NON FORMELLE

     والتربية غير النظامية     

Image du Blog chezmanima.centerblog.net

Departement

  • : محاربة الأمية والتربية غير النظامية
  • محاربة الأمية والتربية غير النظامية
  • : Blog bilingue(Arabe-Français)traitant divers sujets. articles éducatifs et instructifs qui sont en relation directe ou indirecte avec la lutte contre l'analphabétisation et l'éducation non formelle nationale ou internationale.
  • Contact

Profil

  • MILIANI RACHID
  • Résponsable du bureau du service de lutte contre l'analphabetisation et l'éducation non formelle à la délégation de l'enseignement CASA-ANFA
  • Résponsable du bureau du service de lutte contre l'analphabetisation et l'éducation non formelle à la délégation de l'enseignement CASA-ANFA

baretoil

baretoil

baretoil

44

baretoil

baretoil

baretoil

baretoil

baretoil

baretoil

Recherche

Archives

                                                                                                                                         

80 Morçeaux à découvrir

10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 14:54

            

Définition

  Une personne analphabète est une personne qui n’a jamais appris à lire et à écrire.

bourougeCauses de l’analphabétisme

Il existe quatre types de facteurs qui provoquent l'analphabétisme:

-Facteurs socio-économiques: origine sociale ou ethnique, pauvreté, chômage, assistance sociale, sous-développement, malnutrition, exclusion sociale;

-Facteurs familiaux: dévalorisation de l'éducation ou de la lecture, analphabétisme des parents, manque d'encadrement, éclatement de la famille, violence familiale;

-Facteurs individuels: handicap, trouble d'apprentissage, manque de motivation, maladie, maternité, travail;

-Facteurs scolaires: pratiques pédagogiques, programmes, évaluation, cheminement scolaire, style et rythme d'apprentissage, climat scolaire, organisation de l'école.

bourougeConséquences de l’analphabétisme

Une première conséquence consiste en la difficulté pour la personne analphabète de s'intégrer à la collectivité. Souvent, ces personnes ont honte de leur handicap et essaient de le cacher le mieux possible.

Une seconde conséquence, intimement liée à la première, a trait à l'exclusion et à la marginalisation. Les personnes analphabètes éprouvent un sentiment d'infériorité devant leur difficulté à s'exprimer et craignent de ne pas utiliser les mots justes. Des études démontrent que ces personnes avouent se sentir quotidiennement exclues de la vie publique et politique, et sont ainsi privées d'une légitime participation à la vie sociale et démocratique.

En dernier lieu, l'analphabétisme constitue un frein majeur à ces personnes pour trouver du travail. En effet, de plus en plus d'entreprises recherchent de la main d'oeuvre qualifiée afin de mieux s'ajuster à un marché de jour en jour plus hostile.

Il est reconnu de façon universelle que le niveau de l’alphabétisation et de l’éducation de la société a des incidences importantes sur le développement
économique des pays et sur les conditions sociales des populations.

Ainsi, l’investissement en capital humain est une nécessité incontournable pour permettre à la majorité de la population de participer à l’effort de développement, de tirer la croissance économique, d’améliorer la productivité et de créer la richesse.

L’apprentissage de la lecture et de l’écriture n’est pas seulement une opération didactique, mais un processus cognitif indispensable à l’intégration des individus dans leur environnement socio-économique, avec comme retombées positives :

Au niveau social : la maîtrise de la poussée démographique, la mortalité maternelle et infantile ; la santé et l’instruction des enfants restent largement conditionnées par le niveau d’éducation et d’alphabétisation de la société en général, et des femmes et jeunes filles en particulier.

Au niveau économique : le contexte économique actuel du pays se caractérise par la globalisation des échanges et une compétitivité de plus en plus accrue entre les économies

Traiter“avec plus de fermeté et avec un sens de responsabilité” la question de l'analphabétisme, dont le taux ne cesse d'augmenter au niveau du monde islamique”. Tel est le vœu exprimé par l'Organisation islamique pour l'Education, les Sciences et la Culture (ISESCO) dans un message adressé au monde islamique à l'occasion de la Journée mondiale de l'alphabétisation, célébrée le 8 septembre.

La situation n’incite guère à l’optimisme, puisque, après un demi-siècle d'indépendance, le taux d'analphabétisme au Maroc n'a que faiblement régressé.

Le taux d'analphabétisme est passé au Maroc de 80% en 1960, à 48% en 1999. Avec ses 12 millions de Marocains, soit 3 femmes sur 5 au niveau national, 2 femmes sur trois dans le monde rural et un enfant marocain sur trois, le Royaume tient le haut du pavé en matière d’analphabétisme. Les femmes et les filles représentent le gros du paquet des analphabètes.

Avec ce triste record, le Maroc se retrouve à la 123ème place dans le classement des pays en terme de degré de développement humain. Au Maroc, on a attendu le 16 mai pour découvrir que l'analphabétisme et la misère pouvaient conduire à la violence et à l’extrémisme.

Après les tragiques événements du 16 mai, le Premier ministre, Driss Jettou, avait présidé, le mardi 27 mai à Rabat, la cérémonie de lancement d'un plan de grande envergure de lutte contre l'analphabétisme.

Qualifié de véritable guerre contre l'analphabétisme au Maroc, le programme Massirat Al Nour (marche vers la lumière), annoncé par Driss Jettou le premier mai dernier, devrait ramener à la fin de 2004 le taux d'analphabétisme de 48% à 35%.

A moyen terme, c'est à dire à l'horizon 2010, ce taux devra être ramené à 20%, et, à l'horizon 2015, devrait connaître l'éradication totale de l'analphabétisme au Maroc.

Un rêve qui est battu en brèche par la réalité de l’enseignement. Comme dans certains pays, les progrès constatés au cours des dernières décennies en matière de lutte contre l’analphabétisme sont plombés par la réduction des budgets de l’éducation.

C’est le cas également au Maroc où, en dépit d’un discours séduisant sur les efforts de l’Etat en matière d’éducation, l’enseignement est à la dérive, la scolarité obligatoire n’existe que dans les textes et, sur le terrain, le moins qu’on puisse dire, c’est que l’école publique forme au mieux de futurs diplômés chômeurs, au pire des illettrés notoires.

C’est ce que l’on appelle «l’illettrisme fonctionnel», à savoir le fait d’avoir oublié ou de n’avoir jamais acquis correctement le niveau de lecture et d’écriture nécessaire dans la vie quotidienne.

De plus, l’accès de tous les enfants en âge de fréquenter le primaire à un enseignement gratuit et de qualité acceptable, l’élimination des disparités entre les sexes et la réduction de moitié du taux d’analphabétisme des adultes restent des vœux pieux.

bourougeIl n’est jamais trop tard pour apprendrebourouge 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires



baretoil

Image du Blog bullies.centerblog.net

baretoil

http://www.alphamaroc.com/dlca/templates/dlca1/images/header.jpg

baretoil

منبر التواصل

baretoil