Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
liendrapeaumarocain

avatar-blog-1307436360-tmpphpZLNPgY                    

      مسيرة النور     

    MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE

وزارة التربية الوطنية

DELEGATION CASA-ANFA

نيابة الدار البيضاء أنفا

SERVICE DE LUTTE CONTRE L'ANALPHABETISASION

مصلحة محاربة الأمية

ET L'EDUCATION NON FORMELLE

     والتربية غير النظامية     

Image du Blog chezmanima.centerblog.net

Departement

  • : محاربة الأمية والتربية غير النظامية
  • محاربة الأمية والتربية غير النظامية
  • : Blog bilingue(Arabe-Français)traitant divers sujets. articles éducatifs et instructifs qui sont en relation directe ou indirecte avec la lutte contre l'analphabétisation et l'éducation non formelle nationale ou internationale.
  • Contact

Profil

  • MILIANI RACHID
  • Résponsable du bureau du service de lutte contre l'analphabetisation et l'éducation non formelle à la délégation de l'enseignement CASA-ANFA
  • Résponsable du bureau du service de lutte contre l'analphabetisation et l'éducation non formelle à la délégation de l'enseignement CASA-ANFA

baretoil

baretoil

baretoil

44

baretoil

baretoil

baretoil

baretoil

baretoil

baretoil

Recherche

Archives

                                                                                                                                         

80 Morçeaux à découvrir

6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 20:31

Introduction

Aujourd'hui, le monde vit une transformation profonde et rapide à divers niveaux, où il n'y a pas place pour l'ignorance et la carence intellectuelle. De ce fait, nous sommes obligés, d'accorder un grand intérêt au domaine de l'enseignement de nos enfants, si nous voulons relever les défis.

En même temps, notre société connaît une mutation général, elle doit affronter la pression démographique, et les défis de la consécration démocratique. Nous ne pouvons gagne le pari qu'en généralisant l'enseignement, tout en sachant que l'éducation ne se limite pas à l'enseignement et à la transmission des connaissances, mais qu'elle revêt d'autres dimensions à même de réaliser l'intégration sociale, culturelle et économique.

1- Le problème de l'enseignement est un problème national:

  • Attendu que le besoin d'enseignement concerne toutes les familles et représente une nécessité quotidienne essentielle qui se doit de répondre à la demande de scolarisation d'une société jeune et en développement continu;
  • Attendu que l'enseignement est une nécessité sociale qui s'impose et ne s'accommode pas de solutions ponctuelles , unilatérales et isolées, de même qu'il ne tolère aucun arrêt dans la conception, l'organisation et l'amélioration du système d'enseignement;
  • Attendu que l'éducation constitue un des principaux facteurs qui permettent de vaincre l'ignorance, la pauvreté, le sous-développement, le dogmatisme et l'isolement politique et culturel ...
  • Enfin, l'éducation constitue un facteur d'intégration démographique, économique et, par conséquent, un facteur de développement total.

La réponse à ces défis, réside dans la prise en compte de ces attendus et la mise en œuvre des clauses de la convention sur les droits de l'enfant qui stipule le droit des enfants à la scolarisation sans discrimination; cela signifie deux choses au niveau de l'enseignement :

  • Garantir un banc à chaque enfant ayant atteint l'âge légal de scolarisation, c'est à dire sept ans, tout en déployant des efforts pour réduire cet âge à six ans, et en même temps, fixer la limite de l'âge de la scolarisation obligatoire à seize ans.
  • La nécessité de lutter contre l'analphabétisme parmi les enfants et les jeunes dont l'âge varie entre huit et dix-huit ans, le but étant de sauver ceux qui ont été obligés de quitter prématurément l'école.

Cependant, la réalisation de ces deux objectifs essentiels, nécessite une connaissance suffisante de la situation actuelle du secteur de l'enseignement et de l'éducation dans notre pays.

2- de grands efforts sont déployés par l'Etat pour développer le secteur de l'éducation:

  • Considérant la part du PNB et du budget affectée à l'enseignement;
  • Si on apprécié objectivement les pas importants réalisés au niveau de la généralisation de l'enseignement fondamental ;
  • Si l'on constate l'évolution sensible de la capacité d'accueil, d'encadrement ainsi que des équipements scolaires ;
  • Si l'on prend en compte l'amélioration relative des prestations scolaires et de leur qualité, ainsi que des contenus des cours dispensés ;
  • Si l'on prend en compte la multiplicité des études et des projets de coopération internationale.

3- Des perturbations patentes caractérisent encore le système d'enseignement:

  • Malgré ce qui vient d'être affirmé les inégalités qui existent encore entre les provinces, les milieux urbain et rural, entre garçons et filles et parmi les couches sociales, entraînent une anomalie au niveau de la répartition nationale souhaitée. Par conséquent , nous n'avons pas pu réaliser le niveau souhaitable de généralisation de l'enseignement et garantir, parfois, le minimum nécessaire pour éradiquer l'analphabétisme parmi les enfants ;
  • Il y a un niatus patent entre la croissance économique générale d'une part et le progrès socioculturel souhaité grâce au système éducatif, et sa rentabilité externe, d'autre part .
  • L'école ne répond plus aux besoins de l'environnement socioculturel et économique;
  • L'école n'accomplit pas sa mission complète dans le domaine de la préparation de l'enfant à la vie sociale et pratique.

4- Les objectifs de la présente étude de synthèse:

L'évolution du secteur éducatif doit aller de pair avec l'évolution des autres secteurs de la vie économique, politique, sociale et culturelle , et en dépassant les causes conjoncturelles du niveau actuel de l'enseignement, et qui sont dues aux tentatives conjoncturelles et techniques de redressement ainsi qu'au plan d'ajustement structurel (PAS) et à d'autres éléments. En conséquence et à la lumière des composantes structurelles du système d'éducation (quant à la conception, la formation, la gestion, l'évaluation et l'efficience interne et externe) et sur la base des diverses dispositions de la Convention de Nations - Unis sur les droits de l'enfant, il s'agit :

  • D'exposer et de déterminer les éléments décisifs pour faire le diagnostic du système d'enseignement;
  • De s'arrêter, au niveau des contraintes et des grands handicaps qui entravent le plein développement du système d'enseignement ;
  • De proposer des éléments essentiels et concrets susceptibles d'aider à l'élaboration d'une stratégie pour promouvoir le secteur éducatif et le réhabiliter. C'est une stratégie à la fois sectorielle, synthétique, préférentielle, progressive, rationnelle et multipartenaire.

Stratègie de dévelopement du secteur de l'enseignement:

La généralisation de l'enseignement constitue un pari essentiel pour la situation actuelle du Maroc et pour son devenir. En effet, il ne peut y avoir de démocratie dans une société analphabéte. De plus l'enseignement est un moyen essentiel pour le développement global de la société, et en milieu rural en particulier.

La généralisation de l'enseignement au Maroc dépend étroitement de sa généralisation parmi les enfants ruraux, et particulièrement parmi les filles qui résident dans les campagnes.

Mais cela exige de concentrer les efforts sur les cinq niveaux suivants :

1 - Le niveau des infrastructures
2 - Le niveau pédagogique
3 - Le niveau social
4 - Le niveau médiatique
5 - Le niveau scientifique

1 - Les infrastructures :

Le développement , la généralisation et l'évolution de l'enseignement en milieu rural pour satisfaire les besoins de ce milieu, . exigent avant sont de fournir les éléments constitutifs et les structures du système éducatif qui sont la construction des écoles dans tous les villages qui disposent d'un minimum d'élèves dans

toutes les communes rurales . Il faut aussi équiper les écoles en cantines, bibliothèques, et en logements pour les enseignants. Il faut également pourvoir ces écoles en eau, en électricité et en téléphone, de même qu'il est nécessaire de goudronner toutes les voies d'accès à ces écoles.

2 - Le niveau pédagogique :

  • Le système éducatif et scolaire ne sera pas efficace tant que l'école n'est pas intégrée à son environnement socioculturel et économique afin qu'elle soit un moyen d'évolution et de changement social , économique et intellectuel de cette société ;
  • L'élaboration d'une conception spécifique de l'école en milieu rural, qui en ferait un complexe socioculturel et économique ouvert sur le monde extérieur, et qui aiderait l'enfant à satisfaire ses besoins fondamentaux et à exprimer ses compétences et facultés intellectuelles (dans le cadre des activités culturelles) ;
  • L'enseignant constitue un élément fondamental dans le processus éducatif et scolaire et dans l'évolution de la conception de l'école en milieu rural . Par conséquent , sa préparation et sa formation initiale et continue, de manière conforme aux spécificités socioculturelles, aux besoins et aux exigences de ce milieu se doivent d'alterner l'apprentissage et l'acquisition des compétences.
  • La nature de la vie en milieu rural exige de la souplesse dans la programmation des vacances et l'organisation de l'emploi du temps du travail scolaire.

3 - Le niveau social :

L'encouragement de l'enfant du monde rural à poursuivre sa scolarité ne peut se réaliser sans les conditions sociales et économiques adéquates suivantes :

  • La gratuité des fournitures scolaires pour les enfants nécessiteux ;
  • Les internats dans les collèges ;
  • La généralisation des bourses pour tous les élèves nécessiteux dans l'enseignement fondamental et secondaire ;
  • La mobilisation de tous les secteurs pour éradiquer l'analphabétisme des enfants. et particulièrement parmi les filles .

4 - Le niveau scientifique :

La réalisation d'études et de recherches scientifiques de terrain sur les aspects pédagogiques, éducatifs et scolaires en milieu rural pour déterminer ses besoins et ses exigences.

5 - Le niveau médiatique :

- La sensibilisation de la famille quant à l'importance de l'éducation et de l'enseignement dans le développement global en utilisant les moyens d'information nécessaires, tout en appliquant la loi avec rigueur, en cas de besoin.

Pour atteindre le but visé, il est nécessaire de :

  • Créer une commission nationale chargée du suivi et de l'évaluation du développement de l'enseignement en milieu rural .
  • Développer la scolarisation en milieu rural, du point de vue des structures qui dépendent elles-mêmes du développement, économique et social généralisé de ce milieu, tout en faisant participer tous les secteurs concernés
  • Réaliser des études prospectives qui permettent de découvrir les besoins qualitatifs et quantitatifs de l'enfant et de la jeunesse au cours des décennies à venir.
  • Réaliser , de manière continue, surtout au début de chaque année scolaire, une compagne de mobilisation générale de toutes les parties concernées en particulier les parents en milieu rural en vue de les informer, de les sensibiliser pour prendre conscience de l'importance de l'éducation et de l'enseignement dans le développement global en utilisant les moyens d'informations nécessaires.

Par ailleurs, si la généralisation nécessite l'amélioration de la quantité, elle exige aussi d'accorder de l'importance à l'aspect qualitatif, à la continuité et à la rentabilité , et cela nécessite :

  • La réforme des méthodes, programmes et manuels scolaires ainsi que la poursuite de la formation scolaire tout en faisant de l'enseignement des Droits de l'Enfant une matière obligatoire dans les programmes de l'enseignement fondamental et secondaire.
  • Etablir des passerelles entre la formation professionnelle et l'enseignement fondamental, secondaire et supérieur.
  • La participation des mass-média à la sensibilisation sur le thème des droits de l'enfant, avec la participation de toutes les composantes de la société civile .

En ce qui concerne le financement :

La question du financement de l'enseignement est essentiellement une responsabilité de l'Etat aussi bien au niveau de l'équipement, de la formation , de la maintenance que de la gestion. La gestion de ce budget nécessite d'être optimisé et rationalisé .

Cependant, en ce qui concerne les activités culturelles et éducatives, il ne faut pas compter seulement sur le ministère; les parents d'élèves , surtout les riches, doivent y participer par la création de fonds pour consolider le principe de solidarité et de justice sociale. Cette participation, qui aura lieu au niveau de l'établissement, d'après des critères connus et un plafond déterminé, est susceptible d'aider l'éducation, la formation de l'élève, tout en le faisant participer à la gestion , ce qui lui permettra de faire l'apprentissage des principes de la démocratie et le respect des biens de l'établissement scolaire.

  • La gestion de ces fonds par le conseil de l'établissement avec la participation des parents, des professeurs et des élèves ne constitue nullement la suppression de la gratuité de l'enseignement fondamental.
  • Le changement de la conception actuelle de l'école marocaine en faisant de celle - ci un centre de rayonnement culturel, éducatif , de lutte contre l'analphabétisme et un établissement pour éduquer le citoyen à la bonne gestion et au comportement démocratique.
  • La participation des collectivités locales au financement des activités culturelles et de rayonnement en vue de préparer la création de l'école communale.

Dans le domaine de l'enseignement élémentaire :

- Etant donnés l'importance de l'enseignement élémentaire et son impact sur l'avenir de l'enfant, car il constitue la base essentielle de tout l'enseignement, et conformément aux Hautes Directives contenues dans le Message Royale adressé à notre congrès, et conformément aux dispositions de la Convention des Nations Unies relative aux Droits de l'enfant et en particulier l'article vingt huit qui stipule que l'éducation est un des droits de l'enfant, la commission a accordé un intérêt particulier au thème de l'enseignement élémentaire.

En effet, cet enseignement se caractérise par l'absence d'organisation et d'encadrement aussi bien au niveau juridique, pédagogique qu'au niveau de ses contenus quantitatifs et qualitatifs avec de grandes inégalités entre villes et campagnes et même à l'intérieur de la même ville.

Cette situation exige des interventions à plusieurs niveaux :

  1. L'organisation et l'encadrement de l'enseignement élémentaire sous la tutelle du ministère de l'éducation nationale .
  2. L'organisation de la législation régissant l'enseignement élémentaire par une loi qui modifie la loi de 1937.
  3. L'encouragement des investissements dans l'enseignement élémentaire, en l'exonérant d'impôts d'après des critères définis, et la promulgation des textes d'application du code des investissement soumis au Parlement en Avril 1987.
  4. La révision radicale des structures, des moyens et des modalités de contrôle de l'enseignement élémentaire par le M.E.N. La constitution d'une commission composée de chercheurs dans ce domaine, de responsables administratifs et pédagogiques et d'éducateurs pour unifier ses programmes de manière à satisfaire les besoins de l'enfant marocain, en harmonie avec les fondements de la société et de son identité civilisationnelle.
  5. La réflexion aux meilleurs moyens pédagogiques adaptés aux enfants et ce, en vue de réorienter ce cycle d'enseignement .
  6. La création d'instituts et d'établissements de formation, et l'organisation de cycles de formation pour l'enseignement élémentaire.
  7. La démocratisation de l'accès à l'enseignement élémentaire.

Dans le domaine de l'éradication de l'analphabétisme des enfants :

Les défis permanents :

  • Attendu que l'analphabétisme est encore répandu et à des taux élevés dans notre société, en dépit des efforts déployés par l'Etat et les O.N.G pour l'éradiquer ;
  • Attendu que l'analphabétisme n'est pas seulement un problème d'éducation et d'enseignement mais essentiellement un problème de civilisation; La lutte contre l'analphabétisme est un facteur essentiel pour la réalisation du développement économique et social.

Par ailleurs, sachant que l'analphabétisme se répand chez les enfants, pour plusieurs raisons, et qu'il a atteint 33% chez les enfants âgés de 10 à 14 ans, et que ce taux est encore plus élevés en milieu rural et particulièrement parmi les filles et que l'analphabétisme des enfants alimente celui des adultes.

Il devient évident que pour relever ce défi, il faut élaborer une stratégie nationale de lutte contre l'analphabétisme dans le cadre d'une conception globale du développement général, et ce, par:

  • La prise en charge de la lutte contre l'analphabétisme par le M.E.N, sur le plan de l'organisation, de l'encadrement et de la formation ;
  • La répartition des enfants en tranches d'âges homogènes et l'adaptation des méthodes d'enseignement suivant l'âge et les niveaux.
  • La constitution d'une commission nationale composée des organes gouvernementaux et de toutes les composantes de la société civile pour assurer le suivi de la lutte contre l'analphabétisme des enfants ;
  • La promulgation d'une loi qui fait de l'émancipation de l'analphabétisme une obligation ;
  • La mobilisation des mass-média et des divers secteurs pour éradiquer l'analphabétisme des enfants et particulièrement parmi des filles ;
  • L'utilisation des possibilités locales pour fournir les bases matérielles et éducatives susceptibles d'éradiquer l'analphabétisme des enfants.

Propositions pratiques :

Premièrement: il faut compter sur les possibilités locales pour créer un nouveau type d'école de lutte contre l'analphabétisme des enfants, et ce, en prenant les mesures suivantes :

  • La construction d'écoles ou de salles d'étude et leur équipement par les matériaux disponibles dans la région tout en fournissant aux enfants et aux enseignements les fournitures nécessaires ;
  • Choisir les enseignants, autant que possible, parmi les jeunes de la région, et les former par des stages intensifs et par le biais de sessions de formation ultérieures;
  • Prévoir un enseignant pour chaque groupe de 20 à 30 enfants pour que ceux-ci puissent participer de manière efficace, à toutes les activités scolaires ;
  • Fixer la durée des cours à 3 heures par jour seulement , et réserver des heures à la formation agricole ou industrielle, et ce, pendant cinq jours par semaine;
  • Centrer les programmes scolaires sur des problèmes concrets et pratiques ;
  • Répartir les enfants en tranches d'âges homogènes, et adapter les méthodes d'enseignement suivant l'âge et les niveaux .

Nous proposons de distinguer les enfants analphabètes en trois tranches :

a - Les enfants de 7 à 12-13 ans, à qui on dispensera des cours de rattrapage pour qu' ils puissent intégrer l'enseignement fondamental officiel.

b - Les enfants de 14 à 16 ans , à qui sera dispensé un enseignement fonctionnel alliant l'enseignement académique et la formation professionnelle dans le but de les intégrer dans le marché de l'emploi.

c - Les enfants de 17 - 18 ans dont l'analphabétisation sera comparable à celle suivi habituellement pour les adultes, tout en leur offrant la possibilité d'acquérir une formation professionnelle.

Deuxièmement: La création d'une commission de suivi de la lutte contre l'analphabétisme constituée par les organes gouvernementaux, et les ONG, et qui sera chargée de :

  • Réaliser des études scientifiques sur le phénomène de l'analphabétisme des enfants .
  • Rechercher des fonds de financement, aux niveaux local, national et extérieur.
  • La mobilisation des mass-média par contribuer à l'éradication du phénomène.
  • Accorder la priorité aux régions rurales qui souffrent d'un taux élevé d'analphabétisme.

Troisièmement : L'emploi des diplômés chômeurs (surtout les lauréats des facultés des lettres) dans l'opération de lutte contre l'analphabétisme des enfants.

Quatrièmement : L'emploi des retraités de l'enseignement, en particulier les instituteurs, dans l'opération de lutte contre l'analphabétisme.

Cinquièmement: Assurer la coordination entre la commission de suivi de la lutte contre l'analphabétisme et les universités au sujet de l'élaboration et l'évaluation des programmes la formation des formateurs et la réalisation d'études et de recherche sur ce thème .

Sixièmement : La promulgation d'une loi faisant de l'émancipation de l'analphabétisme une obligation.

La promotion de la demande scolaire

- Par l'intensification du besoin de scolarisation, et l'institution du caractère obligatoire de l'enseignement dans les faits, ce qui implique:

a - L'application de la gratuité totale de l'enseignement pour les couches pauvres

b - L'adaptation des moyens de soutien matériel suivant les priorités : (prêt de livres, ramassage scolaire, cantines...)

c - La sensibilisation de la population:

Cette action a pour but de changer les conceptions et les comportements vis-à-vis de l'école et ce par le biais de l'information et de la prise de conscience au niveau national et particulièrement local Pour ce faire il est nécessaire de faire assurer des responsabilités aux populations, en les faisant participer à la construction et à l'entretien des écoles.

d - La lutte contre l'analphabétisme des parents.

Appel aux parties concernées par les problèmes de l'éducation et de l'enseignement.

La commission de l'enfant et de l'enseignement, issue du Congrès National sur les Droits de L'Enfant:

  • Considérant les articles 28, 29 et 30 de la convention des Nations -Unies sur les Droits de L'Enfant qui stipule son droit à l'éducation et au développement de sa personnalité de ses dons, de ses facultés mentales et affectives.
  • Consciente du rôle vital de la famille en tant que première cellule d'épanouissement, d'éducation, de protection et d'intégration de l'enfant dans la société : lance un appel aux parents et tuteurs des enfants de garantir leur droit à l'éducation sans discrimination de sexe et les incite à consolider le travail éducatif de l'institution scolaire

La commission consciente de la position privilégiée, dont a toujours jouie l'enseignement , par son attachement aux valeurs sociales authentiques, demande aux enseignants de déployer plus d'efforts en assumant la lourde responsabilité qui leur incombe.

Enfin, la commission appelle à accorder davantage de considération matériel et moral à l'enseignant afin qu'il accomplisse au mieux sa mission.

L'augmentation des moyens de l'offre:

a - la diversification des sources de Financement .

  • Le financement public
  • Le financement non public (les collectivités, les sociétés, les institutions de développement , les associations, les habitants,... )

b - Les équipements :

  • La rationalisation de la couverture scolaire actuelle en prenant en considération le facteur de l'accès, les matériaux locaux et la souplesse suivant les spécificités régionales ;
  • L'intensification de la couverture scolaire locale
  • La fourniture des moyens pédagogiques nécessaires;
  • La fourniture de logements suffisants et adéquats aux enseignants ;
  • La création de cantines scolaires suffisantes ;
  • La création d'internats dans le deuxième cycle de l'enseignement fondamental dans les campagnes.

4 - L'amélioration de la rentabilité de l'enseignement :

  • Axer les efforts sur l'aspect qualitatif de l'enseignement.
  • Définir les principes et les orientations et les objectifs de manière précise pour le processus de formation de l'enfant.

a - Sur le plan de la qualité :

  • Promouvoir l'enseignement dans les campagnes par la révision des fonctions de l'école.
  • Revoir la conception des programmes d'enseignement au cours de la formation initiale ou de formation continue.
  • Renouveler les stratégies pédagogiques ;
  • Renouveler la formation des enseignants actuels.

b - Sur le plan de l'adaptation :

  • Adapter les moyens pédagogiques à la mise en œuvre du processus d'apprentissage éducatif.
  • Faire appel, autant que possible, à des enseignants locaux en milieu rural.

5 - La maîtrise du fonctionnement du système d'enseignement :

a - La consolidation de la coordination :

  • Entre les autorités politique, administrative et scientifique; par la création d'une instance ou d'une institution supérieurs.
  • Accorder la priorité à la coordination concernant le financement, les ministères en charge de l'enseignement, de la formation et de l'analphabétisation.

b - La réalisation de recherches et d'études ciblées, en vue de :

  • Déterminer les secteurs prioritaires.
  • Evaluer l'ensemble du système d'enseignement .
  • Maîtriser la connaissance de certains secteurs vitaux qui exigent des interventions urgentes.

c - La nécessité de fournir des informations :

  • Précises et crédibles
  • Quantitatives et qualitatives
  • Les domicilier à l'échelle nationale au niveau des collectivités.
  • Assurer la fluidité et la transparence suffisantes entre les producteurs, les organisateurs et l'utilisateurs de ces informations.

CONCLUSION:

  • Veiller à l'amélioration du développement total.
  • La mobilisation nationale annuelle totale avec la participation de tous.
  • La création d'un département spécialisé dans le domaine de l'enseignement et la formation au sein de l'observatoire National des droits de l'enfant.

Mesures spéciales:

En ce qui concerne les enfants de la communauté marocaine à l'étranger , il est nécessaire de prendre en considération les modalités suivantes :

  • L'enfant immigrant a droit à l'éducation dans la langue du son pays d'origine et acquérir la culture et la civilisation de son pays d'origine dans des conditions matérielles et morales convenables qui facilitent son intégration sociale.
  • L'élaboration de programmes éducatifs et culturels adéquats qui tiennent compte des données et particularités sociales des enfants immigrés.
  • Fournir l'encadrement pédagogique adéquat à ces enfants.
  • Promouvoir la recherche scientifique dans le domaine de l'immigration et son impact sur la formation pédagogique, psychique et sociale de l'enfant marocain immigré.

Quant aux handicapés, il faut signaler qu'ils sont environ 300.000 au Maroc, ce qui exige d'accorder un soin particulier au niveau de la recherche , de l'encadrement et de la formation pédagogique à ceux qui, parmi eux, sont en âge d'être scolarisés .

Partager cet article

Repost 0

commentaires



baretoil

Image du Blog bullies.centerblog.net

baretoil

http://www.alphamaroc.com/dlca/templates/dlca1/images/header.jpg

baretoil

منبر التواصل

baretoil