Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
liendrapeaumarocain

avatar-blog-1307436360-tmpphpZLNPgY                    

      مسيرة النور     

    MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE

وزارة التربية الوطنية

DELEGATION CASA-ANFA

نيابة الدار البيضاء أنفا

SERVICE DE LUTTE CONTRE L'ANALPHABETISASION

مصلحة محاربة الأمية

ET L'EDUCATION NON FORMELLE

     والتربية غير النظامية     

Image du Blog chezmanima.centerblog.net

Departement

  • : محاربة الأمية والتربية غير النظامية
  • محاربة الأمية والتربية غير النظامية
  • : Blog bilingue(Arabe-Français)traitant divers sujets. articles éducatifs et instructifs qui sont en relation directe ou indirecte avec la lutte contre l'analphabétisation et l'éducation non formelle nationale ou internationale.
  • Contact

Profil

  • MILIANI RACHID
  • Résponsable du bureau du service de lutte contre l'analphabetisation et l'éducation non formelle à la délégation de l'enseignement CASA-ANFA
  • Résponsable du bureau du service de lutte contre l'analphabetisation et l'éducation non formelle à la délégation de l'enseignement CASA-ANFA

baretoil

baretoil

baretoil

44

baretoil

baretoil

baretoil

baretoil

baretoil

baretoil

Recherche

Archives

                                                                                                                                         

80 Morçeaux à découvrir

21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 07:44

كشف امحند العنصر، وزير الداخلية، أن الحصيلة الوطنية للمبادرة تميزت بإنجاز أزيد من 29 ألف مشروع لفائدة أكثر من 7 ملايين مستفيد مباشر وغير مباشر باستثمار إجمالي يناهز 18 مليار درهم، ساهمت فيه المبادرة بأزيد من 11 مليار درهم.

وأضاف العنصر، خلال اللقاء الوطني المنظم بالدا البيضاء، أول أمس السبت، للاحتفاء بالذكرى الثامنة للمبادرة الوطنية للتنمية البشرية، تحت شعار "الإدماج الاقتصادي سبيل التنمية البشرية"، أن تحقيق هذه الأرقام يبرز أهمية دور الرافعة التي تضطلع به المبادرة في تعبئة الموارد وتصريف الجهود.
وشدد العنصر على أن تدخلات المبادرة تهم مجالات حيوية متعددة، مثل الصحة، والتعليم، والفلاحة، والصناعة التقليدية، والتنشيط السوسيو ثقافي والرياضي، والتكوين المهني والبنيات التحتية، من ماء صالح للشرب وطرق قروية وكهربة والخدمات الاجتماعية الأساسية ومجال الأنشطة المدرة للدخل.
وأوضح أن المبادرة عملت، في مجال الإدماج الاقتصادي وتمكين الفئات المستهدفة، على دفع وتشجيع حاملي المشاريع على الخلق والإبداع، مع تركيز الجهود على المشاريع الصغرى والأنشطة المدرة للدخل والموفرة لفرص العمل الذاتي والقار، مشيرا إلى أن هذا التوجه مكن من إفراز ما يقارب 5 آلاف نشاط مدر للدخل منذ سنة 2005، ساهم في الوصول إلى إدماج فعلي وحقيقي لمختلف الفاعلين المحليين.
وقال وزير الداخلية "تنفيدا لتعليمات الملكية السامية، خصصت نسبة 40 في المائة من الغلاف الإجمالي المخصص للبرنامج الأفقي لدعم هذا الخيار الاستراتيجي، الذي حظي باهتمام بالغ من لدن الشركاء الوطنيين والدوليين، في إطار تعاون مثمر ومستمر".
وبخصوص شعار الملتقى قال العنصر،"إن شعار الملتقى يبرز بجلاء الاهتمام الذي يوليه مختلف المعنيين بهذه المبادرة للبعد التنموي المحلي للأنشطة المدرة للدخل، والموفرة لفرص الشغل الذاتي، وفق منهجية تراعي مقومات ومتطلبات الحكامة، مع إقرار مبدئي الكرامة والثقة بمختلف تجلياتها، من ثقة في الذات، وفي المحيط والمستقبل".
وأضاف العنصر أن "جلالة الملك محمد السادس عمل، منذ اعتلائه العرش، على وضع استراتيجية تنموية واضحة المعالم، تجلت في الإعلان عن مشاريع هيكلية، وفتح أوراش كبرى مكنت بلادنا من تحقيق مكاسب تنموية مهمة"، مشيرا إلى أنه، اعتبارا لما حققته المبادرة الوطنية للتنمية البشرية منذ انطلاقها من مكتسبات ونتائج إيجابية في النهوض بالفئات المعوزة والإسهام في تأهيل المناطق الأكثر هشاشة، عمل جلالة الملك في مختلف المناسبات على تقوية ثمار المبادرة، من خلال تجديد وتحسين فلسفتها التدبيرية، وتنويع مجالات تدخلها، من أجل أن يكون للتنمية أثر مباشر على المعيش اليومي للمواطنين.
وأكد العنصر خلال كلمته بمناسبة الذكرى الثامنة للمبادرة، أن "ورش المبادرة قطع مجموعة من المراحل المهمة، ومكن من خلق دينامية على مستوى انخراط وتعبئة جميع فعاليات المجتمع الغربي، وفق أسس ومنهجية فريدة لتدبير الشأن المحلي، تعتمد الديمقراطية التشاركية أسلوبا للتخطيط والتنفيذ، واللامركزية منهجا للتدبير".
وأضاف أن باقي المتدخلين، من مصالح خارجية للدولة، ومنتخبين وجمعيات المجتمع المدني، ممثلون داخل إطارات مؤسساتية، تضمن لهم المشاركة الفعلية في اتخاذ القرارات، وإبرام شراكات، وإنجاز كل المشاريع التي تدخل في إطار المبادرة الوطنية للتنمية البشرية، مع الحرص على إشراك الفئات المستفيدة، وتمكينها من التعبير عن احتياجاتها وانتظاراتها في جو من الثقة والكرامة.
وتطرق العنصر إلى عنصر المقاربة التشاركية، التي اعتمدتها أجهزة حكامة المبادرة الوطنية على المستويين الإقليمي والمحلي، من خلال الإشراك الفعلي لمكونات المجتمع المدني في مسلسل اتخاذ القرار، ليشكل نموذجا ناجحا يمكن للحكومة أن تستنير به في تدبير بعض الملفات ذات الصلة بأدوار المجتمع المدني في هذا الشأن.
ولخص الوزير أهم النقاط التي انبثقت في شكل توصيات عن مجموع اللقاءات التي نظمت على المستويين المحلي والجهوي والوطني، في ضرورة تقوية آليات المواكبة لحاملي المشاريع، والانفتاح على الشبكات المحلية والدولية للتجارة، مع مراعاة مقاربة النوع الاجتماعي في اختيار المشاريع، إضافة إلى إحداث بنك معلومات وطني للمشاريع الناجحة، ووضع نظام دقيق وصارم للتتبع والمراقبة وتقييم الواقع.

Repost 0
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 13:52

INDH.jpgL’Initiative nationale pour le développement humain au service du citoyen

7 millions de Marocains en ont déjà bénéficié

Une rencontre nationale a été organisée samedi dernier à Casablanca sur le thème «L’inclusion économique dans le cadre de l’INDH». Elle a marqué la commémoration du 8e anniversaire de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), Initiative lancée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le 18 mai 2005. Elle a permis la mise en place de plus de 29 000 projets profitant à 7 millions de personnes.

Au premier plan, Mohand Laenser, ministre de l’Intérieur. Derrière lui, Abdelouahed Souhail et Abdessamad Qaiouh, ministres respectivement de l’Emploi et de l’Artisanat.

L’Initiative nationale de développement humain (INDH) est en train de jouer un rôle essentiel dans l’intégration socio-économique des populations en situation difficile, c’est ce qu’ont souligné les différents intervenants lors de la journée nationale, organisée à l’occasion du 8e anniversaire de l’INDH. Tenus sous le thème «L’inclusion économique dans le cadre de l’INDH», les travaux de cette rencontre ont été ouverts par le ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser. Ce dernier s’est félicité du «bilan positif» de cette initiative lancée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le 18 mai 2005. Le ministre a affirmé que depuis son lancement, l’INDH a pu profiter à 7 millions de Marocains, que ce soit d’une façon directe ou indirecte, et ce à travers plus de 29 000 projets d’une valeur totale de 18 milliards de dirhams. 11 milliards de DH de cette enveloppe ont été puisés dans les fonds de l’INDH, a souligné le ministre.

M. Laenser a signalé par ailleurs que cette initiative a pour principal objectif d’inciter les populations à prendre l’initiative dans le cadre de projets de développement intégré, chose capable d’instaurer une vraie dynamique au sein du tissu associatif et coopératif. Le ministre, à la tête du département chargée de l’initiative, a assuré que les projets inscrits dans le cadre de l’INDH sont soumis à des contrôles et un audit minutieux non seulement de la part de son département, mais aussi de la part de l’inspection générale des finances et autres cabinets internationaux afin d’en garantir la transparence.
De son côté, Abdessamad Kayouh, ministre de l’Artisanat, a confirmé que son département reste le premier à bénéficier des fonds de l’INDH, affirmant dans ce sens que quelque 3 milliards de dirhams ont été investis dans plusieurs projets générateurs de revenus, créant ainsi de la richesse et absorbant une grande partie du chômage. Concernant les efforts de son ministère en faveur des artisans, M. Kayouh a affirmé la création de salons d’exposition et des maisons de l’artisan ainsi que plusieurs sessions de formation en faveur des différents acteurs du secteur de l’artisanat.

La ministre du Développement social, de la solidarité et de la famille, Bassima Hakkaoui, s’est penchée de son côté sur le rôle de l’INDH dans la lutte contre la déperdition scolaire à travers la mise en place de plusieurs structures d’accueil pour les élèves dans le monde rural. Toutefois, la ministre a appelé à plus d’harmonisation entre les programmes des départements ministériels et les projets inscrits à l’INDH pour une meilleure gouvernance et une meilleure répartition des fonds. Intervenant aussi lors de cette journée, le ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle, Abdelouahed Souhail, a rejoint les propos avancés par sa collègue Bassima Hakkaoui en appelant à son tour à la bonne gouvernance et à l’autocritique. Le ministre a par ailleurs mis en avant le rôle de l’Office de la formation professionnelle et la promotion du travail (OFPPT) dans l’encadrement des bénéficiaires de l’INDH.

Précisons que cette rencontre nationale a vu la participation active de Mohamed Boussaid, wali du Grand Casablanca. Ce dernier a ainsi indiqué que les projets lancés dans la région durant les huit années de l’INDH s’élèvent à 4 500 dont 3 200 réalisés au profit de 1 200 associations et plus d’un million et demi de bénéficiaires individuels, et ce pour un montant de plus de 2,5 milliards de DH.
La rencontre a vu par ailleurs l’inauguration de la 2e édition du Village national des AGR (activités génératrices de revenus), qui se tient depuis le 18 mai jusqu’à demain mardi. Le village, qui réunit les représentants des coopératives et des associations originaires de plus 83 provinces, préfectures et arrondissements du Maroc, est considéré comme un lieu par excellence de capitalisation et de partage des expériences réussies dans le domaine.

La rencontre nationale pour la commémoration du 8e anniversaire de l’INDH a connu la participation de plusieurs personnalités issues du monde associatif ainsi que plusieurs bénéficiaires des activités génératrices de revenus (AGR). Plusieurs de ces participants ont loué les résultats de l’INDH tout en insistant sur l’importance de la mise en place de mécanismes de commercialisation des produits fabriqués par les différentes coopératives créées dans le cadre de l’INDH. Cette problématique, posée par plus d’un, a trouvé réponse par le biais de Najib Mikou, directeur général de Maroc Export, et qui a affirmé que 5 structures permanentes ont été mises en place pour la commercialisation des produits fabriqués dans la cadre de l’INDH. Le responsable a aussi annoncé la création de 5 autres structures avant la fin de l’année en cours.

Repost 0
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 19:15

meknes

Meknès, 13 févr. 2013  Le nombre de projets programmés, dans le cadre de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) au titre de l’année 2012, a atteint 155 projets ayant mobilisé une enveloppe budgétaire de 119 millions DH,  dont une contribution de l’INDH de l’ordre de 53 millions DH.Selon le service de l’action sociale à la préfecture de Meknès, des fonds de l’ordre de 39 millions DH ont été mobilisés profitant à quelque 39 mille habitants, et ce dans le cadre du programme de lutte contre la pauvreté dans le monde rural, dont 21 millions en tant que contribution de l’INDH, portant notamment sur les activités génératrices de revenus et les activités socio-culturelles et sportives.

Pour ce qui est du programme de lutte contre la précarité, un coût global de 14 millions DH, a été mobilisé, visant à mettre en place une maison de l’étudiante et des centres d’accueil de personnes en situation difficile et celles à besoins spécifiques, et soutenir les associations et les compétences en matière de gestion en faveur de 1496 personnes.

Le programme de lutte contre l’exclusion sociale en milieu urbain a bénéficié d’une enveloppe budgétaire de 36 millions DH, ayant profité à quelque 77 mille personnes.

Dans le cadre du programme horizontal, un montant de 28 millions DH a été mobilisé pour la mise en place de 27 projets portant notamment sur des activités génératrices de revenus au profit de 19 mille personnes.

Repost 0
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 18:59

zawyaifrane

  Le gouverneur de la province d’Ifrane et ses équipes sont aux    anges. La coordination de l’Initiative nationale du développement humain a décidé de «renouvellement sa confiance» aux efforts de la province, en injectant de nouveaux fonds de soutien aux projets de développement des populations.

Nadira El Guermaï, gouverneur et coordinatrice nationale de l’initiative nationale pour le développement humain (INDH) a indiqué, mercredi denrier à Ifrane, que 29 000 projets ont été réalisés dans le cadre de l’INDH durant la période 2005-2012, qualifiant ‘’de très positifs’’ ces résultats. Intervenant lors de la 15e édition du ‘’jeudi des médias de l’INDH’’ organisée sous le thème : ‘’Amélioration des opportunités d’accès aux services de base’’, Nadira El Guermaï a précisé que la réalisation des projets précités, qui ont bénéficié à 5 millions de personnes, a nécessité un financement de près de 18 milliards de dirhams dont une contribution de 11 milliards de l’INDH et de 7 milliards de dirhams.  La coordinatrice nationale de l’INDH a insisté sur l’importance de renforcer la gouvernance locale en vue de réaliser une convergence entre les projets de l’INDH, lancée par SM le Roi Mohammed VI en 2005, et les projets des différents secteurs gouvernementaux, expliquant que la réalisation de cette convergence favorisera la pérennité des projets précités. Par ailleurs, Nadira El Guermaï a souligné que le choix s’est porté sur la ville d’Ifrane pour abriter cette rencontre qui a pour objectifs de s’informer sur les projets réalisés dans la province et sur la vie au quotidien de ses habitants, notamment en cette période marquée par le grand froid.

89 millions de dirhams pour la 2e phase

Pour sa part, le gouverneur de la province d’Ifrane, Jalloul Samsam a passé en revue le bilan de l’INDH au niveau de la province durant la première phase de l’initiative (2005-2010), indiquant, dans ce contexte, que 325 projets ont été réalisés, qu’une enveloppe budgétaire de près de 105 millions de dirhams leur a été allouée, dont une contribution de l’INDH à hauteur de 37,14 au profit de plus de 25 000 personnes. Les projets se sont articulés autour du programme horizontal dans le cadre duquel 288 projets ont été réalisés au profit de plus de 4 500 bénéficiaires, a précisé Jalloul Samsam, soulignant qu’une enveloppe budgétaire de près de 76 millions de dirhams a été allouée à la réalisation des projets précités concernant les secteurs de la santé, de la jeunesse et des sports, des structures sociales, des infrastructures et des activités génératrices de revenus. Dans le cadre du programme de lutte contre la pauvreté en milieu rural, 22 projets ont été réalisés tandis que 15 projets ont été réalisés dans le cadre des programmes de lutte contre la précarité et de lutte contre l’exclusion sociale. D’autre part, au titre de la seconde phase de l’INDH (2011-2015), qui cible près de 48 000 personnes résidant dans 7 communes rurales de la province, nécessitant un financement dont le montant s’élève à 89 millions de dirhams, 71 projets ont été réalisés au profit de plus de 12 000 personnes, une enveloppe budgétaire évaluée à 54 millions de dirhams a été allouée à leur réalisation dont une contribution de l’INDH à hauteur de 31 millions de dirhams. Les projets se répartissent entre les secteurs de la santé (4 projets), de l’éducation (7 ), des structures et services sociaux (6 ), des services de base (34 ), de la jeunesse et des sports (9 ), du commerce et d’autres secteurs (11 projets).

Zaouïa Ifrane : des gites  avec vue sur les cascades

Située à 37 kilomètres de la ville d’Ifrane, Zaouï Ifrane est un joyau de la nature que les habitants de ce petit village essayent encore d’exploiter à des fins génératrices de revenus. Située au pied d’un plateau de 100 hectares, lui-même niché à l’intérieur d’un mur de montagnes du Moyen-Atlas, le village reçoit tout au long de l’année les eaux de cinq cascades qui donnent à voir un paysage presque unique depuis l’entrée du village. Conscients de cette richesse, quelques habitants se sont lancés dans des activités touristiques en proposant des gites chez l’habitant, co-financés par les fonds de l’INDH.

Repost 0
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 18:45

151 triporteurs d’une valeur de 4,5 MDH ont été distribués.

En l’espace d’une année, les projets socioéconomiques de la province auront profité à plus de 40 000 personnes.

L’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) poursuit son bonhomme de chemin dans la province de Nouaceur. En collaboration avec le Comité provincial de l’INDH, la préfecture a signé sa première opération en 2013. Celle-ci s’inscrit dans le cadre des projets générateurs de revenus relatifs au programme transversal de l’INDH. Ainsi, El Khatib Lahbil, gouverneur de la province de Nouaceur, a procédé à la remise de 151 triporteurs pour une valeur de 4,5 MDH. Cette opération s’est déroulée en coordination avec les associations locales porteuses du projet. L’objectif de cette action est de garantir un emploi stable aux bénéficiaires. De même, cela est de nature à améliorer la situation des jeunes diplômés chômeurs qui vivent dans la région.

Cette dernière opération porte ainsi le montant global des projets réalisés dans la province de Nouaceur, depuis le début de l’année 2012, à près de 42,5 MDH, dont 28,7 MDH ont été financés par l’INDH. Outre le programme transversal de l’initiative, ces projets sont répartis entre la lutte contre la précarité et la lutte contre l’exclusion en milieu urbain. Au nombre de 50, ces projets auront profité à 40 367 personnes. Parallèlement, les projets générateurs de revenus réalisés durant la même période sont au nombre de 9, pour un montant global de près de 7 MDH. Ils ont concerné 406 bénéficiaires. Il est à préciser que pour ces derniers projets, le financement n’est pas totalement pris en charge par l’INDH, mais il inclut également la contribution des bénéficiaires et celle des différents partenaires. Lors d’une réunion du Comité provincial de l’INDH, l’heure était au bilan, l’accent ayant été mis sur la nécessité d’assurer un suivi rigoureux de ces projets, de sorte à assurer leur réalisation, leur développement et leur exploitation à bon escient. Les présidents des communes dépendant de la province de Nouaceur ont par là même occasion été chargés de suivre de près l’évolution de l’ensemble des projets, principalement les projets de proximité dont l’importance est capitale.

Leur tâche consistera à dresser des rapports mensuels sur l’état d’avancement desdits projets, à signaler toute sorte de dysfonctionnement, ainsi qu’à rattraper les retards éventuels de réalisation, si tel est le cas. Ils seront également amenés à déterminer des délais précis pour les projets à venir.

Parallèlement, dans le souci de rapprocher l’administration du citoyen, il a été procédé à l’inauguration du siège de la commune rurale Oulad Âazouz, relevant de la commune de Dar Bouâzza. Couvrant une superficie de 670 m², ces nouveaux locaux ont nécessité un investissement de près de 4,3 MDH et ont été réalisés en 8 mois. Ce nouveau siège revêt une grande importance, vu qu’il a été construit sur le point d’intersection de l’ensemble des douars d’Oulad Âazouz, dont les habitants n’auront plus à parcourir de grandes distances pour l’obtention d’un quelconque document administratif.

Taux de croissance record

Grâce à une superficie représentant près de 40% de la région du Grand Casablanca, la province de Nouaceur renferme un fort potentiel de développement sur tous les plans. La province connaît en effet un développement économique et social très important. Sa situation géographique, qui en fait une extension naturelle de la capitale économique, en fait également un pôle d’attraction d’investisseurs de tous bords. Des projets d’envergure naissent ça et là au fil des jours. Aussi, les opportunités d’emplois générés par l’implantation d’importantes entités industrielles ont-elles favorisé une croissance démographique vertigineuse, dépassant les 10%, alors que la moyenne nationale est de 1,4% seulement.
Ce développement économique et social sans précédent a entraîné une urbanisation accélérée au niveau des différentes communes relevant de la province de Nouaceur (Bouskoura, Dar Bouazza, Nouaceur, Oulad Saleh et Oulad Âazzouz). De même, la réalisation d’importants projets résidentiels et industriels nécessite un accompagnement en matière d’infrastructures de base (voirie, assainissement, eau potable, etc.) et de projets socioéconomiques de proximité. Dans ce cadre, des efforts soutenus sont constamment déployés pour la réalisation de projets contribuant à l’amélioration des conditions de vie des citoyens à travers tout le territoire de la province.

Repost 0
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 18:29

indh Le mémorandum financier du programme d’appui à l’INDH pour la période 2013-2015 a été signé par le chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane, et le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso. Le programme européen d’appui à l’INDH a eu un impact incontestable dans les zones les plus défavorisées et a contribué au renforcement de la gouvernance locale, a indiqué M. Barroso, lors d’une conférence de presse conjointe avec M. Benkirane, ajoutant que les 25 millions d’euros prévus dans le budget 2013-2015 bénéficieront à 885 communes rurales.

La Commission européenne a adopté en novembre dernier une mesure spéciale en faveur du Maroc pour un montant de 25 millions d’euros en soutien à la mise en œuvre de la deuxième phase de l’INDH pour la période 2013-2015. Ce nouveau programme de financement se concentrera sur la lutte contre la pauvreté en milieu rural et s’attachera en particulier à soutenir le développement d’activités génératrices de revenus afin de contribuer à dynamiser le tissu économique des zones les moins développées du Maroc. Il permettra également d’appuyer les efforts déployés par le Maroc pour doter les régions les plus enclavées et les plus pauvres en infrastructures et services sociaux de base. En ligne avec la démarche de l’INDH, le programme de l’UE se propose aussi d’appuyer l’approche participative et décentralisée, notamment en renforçant les capacités des acteurs locaux (associations, coopératives, élus locaux) et en favorisant la mise en cohérence des politiques publiques au niveau local.

Repost 0
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 13:38

ue

Le Maroc et l’Union européenne (UE) ont signé à Rabat, un accord financier pour soutenir le programme de l’Initiative Nationale pour le Développement Humain pour la période entre 2013 et 2015, avec un budget de 25 millions d’euros.

L’accord a été signé par le Chef du gouvernement marocain, Abdelilah Benkirane, et le Président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

Barroso, a déclaré lors d’une conférence de presse conjointe, que le programme de soutien de  l’UE à l’Initiative Nationale pour le Développement Humain, a  eu un impact positif sur les zones les plus marginalisées et a contribué à la promotion de la gouvernance locale. Il a ajouté que les 25 millions d’euros prévus dans les budgets de 2013-2015, feront  bénéficier 885 communes rurales.

Le nouveau programme de financement sera principalement axé sur la lutte contre la pauvreté dans les zones rurales, par le développement d’activités génératrices de revenus pour aider à dynamiser le tissu économique des régions les moins développées au Maroc.

Conformément à l’approche de l’Initiative Nationale pour le Développement Humain, l’UE propose un programme de soutien pour une approche participative et décentralisée, notamment à travers le renforcement des capacités des acteurs locaux (associations, coopératives et les élus locaux), et de promouvoir l’harmonie entre les politiques publiques au niveau local.

 

 

 

Repost 0
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 11:52

LE CERCLE. Plombé par la pesanteur de ses distorsions sociales, Le Maroc assigne au capital humain un rôle focal dans sa politique de développement. Le discours du Souverain du 18 mai 2005 sur l’Initiative nationale du développement humain fut venu pour porter suture à la précarité sociale au Maroc. Cette INDH souffla sa 8e bougie. Des apostrophes nous interpellent sur sa supputation et sa mise au calibre.

D’antan, les institutions issues de Brettons Woods (Banque Mondiale, Fonds Monétaire International) prêchaient à cor et à cri et chantaient en chorale les programmes d’ajustement structurel au Maroc afin de voir le boulot du tunnel et savourer les félicités de la croissance. Cependant, ces thérapeutiques économiques se sont avérées inefficientes pour mettre le Maroc sur les rails et le sentier du développement et ont secrété, au rebours, un hiatus social abyssal. Les tares sociales : Oisiveté, désœuvrement, chômage, ainsi que l’exclusion sociale en sont la pièce à conviction de notre assertion.

Ainsi, le Maroc, lesté par la pesanteur de ses distorsions sociales, assigna au capital humain un rôle focal dans sa politique de développement. Le discours du Souverain Marocain du 18 mai 2005 sur l’Initiative nationale du développement humain appelée communément INDH fut venu à point nommé pour porter un coup salvateur à la vulnérabilité et la précarité sociale au Maroc.

Cette INDH soufflera, à l’orée, du mois de mai, sa 8e bougie. Des apostrophes nous interpellent sur sa supputation et sa mise au calibre à cet égard.

1. après 8 flambeaux, les indicateurs sociaux perpétuent dans le rouge, en attestent l’éloquence des chiffres scellés par les derniers rapports sur le développement humain PNUD. En effet, le Maroc reste toujours sclérosé et figé dans le lot des pays à développement humain moyen avec un classement timide (130e position). La Libye 64e rang, suivie de l’Algérie (93e) et de la Tunisie (94e) creusent respectivement le fossé aux classements en se repositionnant dans les pays à développement humain élevé.

Le ratio médecin/population est de 6/10 000, ce qui signifie que pour 10 000 patients, les Marocains n’ont droit qu’aux soins de 6 médecins, pour notre voisin l’Algérie est de 12 toubibs, notre rival économique la Tunisie est de 13 médecins. L’Égypte et la Jordanie échancrent et évident le gap avec plus de soins médicaux par des quotients respectifs de 24 et 26 docteurs.

Un autre clignotant nous confine et nous verrouille idem dans le pays à développement humain moyen : le Revenu National Brut par tête d’habitant (qui pondère le revenu moyen de chaque pays par sa population) en PPA exprimé en parité de pouvoir d'achat en dollars qui est de 4 628 dollars. Le Botswana et la Turquie érodent et creusent des ravines en se plaçant dans les pays à développement élevé avec un RNB/tête d’habitant respectif de 13 204 et 13 359 dollars.

Sur le registre de la pauvreté et en s’étayant sur l’indice multidimensionnel de pauvreté IPM créé par le Centre de recherche économique pour le développement international de l’université d’Oxford pour le compte des Nations Unies (qui intègre et pondère dix indicateurs dont le taux de scolarité, la mortalité infantile, le degré de malnutrition, l’accès à l’électricité et la possession de quelques biens de consommation) donne un panorama plus complet sur la pauvreté, et fait caracoler le taux de pauvreté à 28,5 % ce qui déplaira au Patron du HCP qui, à l’en croire, le taux de pauvreté (mesuré uniquement par le Revenu) n’est que de 9 %. 

Avec l’indice multidimensionnel de pauvreté, le Maroc compte plus de besogneux (8,9 millions) que de pays comme la Jordanie et la Tunisie.

En sus, l’intensité de la déprivation au Maroc (indicateur pondéré dans lequel un ménage pauvre moyen subit des privations) est de 48,8 %. La Jordanie et la Tunisie sont moins déprivées socialement avec des taux d’acuité respectifs de 35,5 % et 37,1 % en vertu des chiffres officiels portant l’autographe des auteurs du rapport du PNUD 2010.

2. la conception galvaudée, l’approche Marketing, la bannière, ainsi que l’oriflamme qui entourèrent l’INDH : Tous les projets, quelque soit leur contenu, furent labellisés INDH. Ces tsunamis mercatique et médiatique et cet amalgame ont fait ôter l’INDH de sa véritable substance, de son essence et de son substrat qui est le capital humain : faire impliquer, valoriser et responsabiliser les bénéficiaires aurait été le Must pour distiller et sécréter un cercle vertueux de dynamique sociale locale, régionale et nationale.

3. le compte à rebours dont pâtissait l’INDH : La flamme de l’obligation à des résultats, le brasier d’un timing draconien et l’empressement à des aboutissements cursifs étaient tous des conjugaisons et des risques pour se répercuter négativement sur la qualité du produit social. On ne peut pas bannir, conjurer et biffer en 5 ans une misère et mouise qui a sévi plus de 50 ans.

Quarto, repenser l’économie est une condition sine qua non pour atteler le Maroc à la locomotive du développement social. Avouons-le : pour juguler le bunker et la cassure sociale, le Maroc doit maintenir un taux de croissance économique strictement d’envergure. Toutefois, la dynamique du capitalisme ne peut être envisagée du seul point de vue économique, les forces nées du capitalisme et les institutions politiques interfèrent aussi.

Le capitalisme dans lequel s’est engagé le Maroc, en tant que dynamique économique, est d'abord un processus d'extension du marché et du rapport salarial. Mais l'interaction de ces deux rapports, une fois engagée, produit de façon endogène ses propres limites. L'accumulation du capital s'effectue de manière contradictoire. La subtile question qui se pose au-delà de l’INDH : comment assurer un maillage et une articulation cimentée de la dynamique du capitalisme avec celui de la société et les forces productives au Maroc ?

Ultimo, remédier, dans sa globalité, l’esprit INDH est un Must pour inscrire le Maroc dans la trajectoire du développement social. L’INDH ne saurait être une panacée pour cicatriser la pauvreté. Elle ne peut être qu’une pièce du puzzle du vaste champ de réformes à même d’assurer la croissance et le recul de la pauvreté. À ce jour, l’INDH n’a pas réussi à réduire la pauvreté et les indicateurs de santé et d’éducation sont cauchemardesques. Cette pauvreté est la première source du terrorisme, de l’exclusion et de l’émigration clandestine. L’ensevelissante question est celle de savoir pourquoi l’INDH n’arrive pas à faire reculer la misère. Quels sont les goulots d’étranglement qui empêchent l’INDH à promouvoir le développement social ? Quels sont les mobiles de la persistance de cette dualité entre la sphère macro financière et la sphère sociale ?

L’hydre de la pauvreté est un prisme à multiples facettes faisant intervenir des facteurs économiques (croissance, investissement… ) et non économiques (institutionnels, politiques et sociaux).

Nous pensons qu’il faudrait "recontempler" l’âme de l’INDH dans sa phase 2 selon une approche intégriste : La réduction de la pauvreté et des causes d’exclusion sociale dépendent impérativement d’une stratégie de développement social fortement imbriquée en amont et en aval avec la garantie des droits humains fondamentaux, la coordination de l’intersectorialité dans la conduite des politiques publiques et des interventions privées en matière de développement social, le système productif, la politique de l’emploi et du partage des fruits de la croissance, ainsi que les politiques sectorielles prenant mieux en compte les intérêts des franges sociales au Maroc.

Reconnaissons le, en guise d’épilogue, l’INDH, certes méritoire, créatrice d’activités et génératrice de revenus, ne peut être un succédané à une véritable politique de croissance et des revenus. Le développement économique et social du Maroc doit passer inlassablement par un accroissement massif de la richesse du pays, c'est dire par un enrichissement de sa population afin d’augmenter la consommation et conduire à la croissance. À ce titre, pour Amartya Sen, "le seul moyen d’y parvenir est d’encourager la croissance économique et pour que la croissance soit durable et équitable, il faut que les pauvres y prennent une part très active" ceci nous incite à déterrer une citation de Nelson Mandela : "La pauvreté n'est pas un accident comme l'esclavage et l'Apartheid, elle a été faite par l’Homme et elle peut être supprimé par des actions communes de l’humanité".

Repost 0
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 07:45

 

المبادرة الوطنية للتنمية البشرية ترصد 600 ألف درهم لتأهيل قدرات الفاعلين المحليين بإقليم خريبكة

رصد صندوق المبادرة الوطنية للتنمية البشرية برسم سنة 2012 - 2013 غلافا ماليا بقيمة 600 ألف درهم لتكوين وتأهيل قدرات الفاعلين المحليين بإقليم خريبكة
وتستهدف هذه الدورات التكوينية٬ التي ستنطلق ابتداء من 31 أكتوبر الجاري بمقر العمالة٬ 135 مستفيدا من جمعيات وتعاونيات حاملة لمشاريع المبادرة الوطنية للتنمية البشرية وفرق للتنشيط بالجماعات أو الأحياء المستهدفة وهيئات الحكامة التابعة للجان الإقليمية والمحلية للتنمية البشرية٬ فضلا عن الأقسام التابعة للعمالة المكلفة بالعمل الاجتماعي أو الميزانية أو التجهيزات.وستمثل هذه الجهات المعنية بنحو 250 عنصرا٬ وذلك في إطار كل من البرنامج الأفقي أو برنامج محاربة الإقصاء الاجتماعي بالوسط الحضري الذي يهم جماعتي وادي زم وأبي الجعد٬ وبرنامج محاربة الفقر بالوسط القروي لجماعتي اولاد عيسى والمفاسيس.وستشرف على مشروع التكوين برمته جامعة الحسن الأول بسطات من خلال تسطيرها لبرنامج يمتد على مدى سبعين يوما تتمحور مواضيعه٬ بالأساس٬ حول "مفاهيم ومبادئ وأسس وبرامج المبادرة الوطنية للتنمية البشرية" و"المقاربة التشاركية ومقاربة النوع" والتشخيص الترابي التشاركي والتدبير التشاركي للمشاريع الاجتماعية

كما تتضمن فقرات هذه الدورات مواضيع أخرى تهم "التسيير الإداري والمالي للجمعيات" و"خلق وتدبير التعاونيات" و"تقنيات تنشيط الاجتماعات" و"الأنشطة المدرة للدخل .. جدوى المشروع والتسويق" و"تتبع وتقييم المشاريع" بالإضافة إلى كيفية قيادة المجموعة وخلق مجال للتواصل والشراكة.
ويتوخى من هذا المشروع٬ بالأساس٬ التزام الشركاء المتعاقدين بحسن تنفيذ مراميه٬ مع مراعاة أهداف وفلسفة ومقاربة المبادرة الوطنية للتنمية البشرية وخطة ومنهجية عملها
وحسب عقود الشراكة المسطرة لهذا الغرض فستخضع كل العمليات المرتبطة بإنجاز المشروع للمراقبة من طرف هيئات مختصة بالإدارة٬ خاصة مراقبة اللجان المشتركة بين المفتشية العامة للمالية والمفتشة العامة للإدارة الترابية
كما سيتم تقييم إنجاز العملية على أساس أربعة مؤشرات للنجاعة تهم توفر شروط تنفيذ المشروع ووقعه الإيجابي ومدى قابليته لضمان الاستمرارية فضلا عن انسجامه مع أهداف المبادرة الوطنية

 

 

 

Repost 0



baretoil

Image du Blog bullies.centerblog.net

baretoil

http://www.alphamaroc.com/dlca/templates/dlca1/images/header.jpg

baretoil

منبر التواصل

baretoil